Développer des pratiques « digitales » de management

Pour une entreprise, le manager digital serait doté d’une tablette et d’un téléphone. Pour une autre, le manager digital serait doté d’une double compétence « savoir manager » et « savoir coder » afin de traduire sur le WEB des nouvelles pratiques de management.

Dans un monde où le digital est mentionné parfois sans limite, la question est :

Faut il développer des pratiques de management digital ou faut il mettre du digital dans les pratiques (et processus) de management ?

Il ne faut pas confondre la fin et les moyens. Certes, le digital est dans toutes les activités de management et de relation humaine  :

  • Dans le produit (nos voitures, …)
  • Dans la relation client (menu tablette au restaurant, …)
  • Dans les processus de distribution (e-commerce, …)
  • Dans le recrutement (les entretiens de grandes écoles avec des robots, …)
  • Dans le management collaboratif ou intelligence collaborative (parte-forme de partage de l’information, …)
  • Dans les robots et l’intelligence artificielle pour remplacer des postes à faible ajoutée
  • Dans les mails (reconnaissance des contenus avec l’IA, analyse et envoi de réponses sans intervention humaine, …)

Néanmoins, le management est une affaire de relation humaine qui fait appel à un bon QE (quotient émotionnel) et un QI fondé sur l’expérience.

Certains produits numériques ont été des succès mais ils ont eu une fin et une obsolescence programmée (CD, DVD, …). Le management digital ne reviendra plus au papier. En revanche, la bougie co-existe à certains moments avec l’électricité et le papier aura toujours une place à côté de nos tablettes.

Le digital n’est pas un effet de mode mais une vague de fond durable et profonde qui a des impacts sur notre vie professionnelle et personnelle. Le déploiement du smartphone dans la vie personnelle a été beaucoup plus rapide et addictif que le déploiement des solutions collaboratives dans l’entreprise. On constate pour certaines entreprises un décalage profond entre « accès à l’information dans l’entreprise » et « google » pour sa vie privée. L’entreprise serait elle en retard ? Les relations digitales de Consumer to Consumer (C to C) sont elles en avances sur le monde du business entreprise  ?

L’entreprise agile a besoin  de règles et de processus fluides qui ne peuvent pas être efficaces sans solution collaborative de partage de l’information. C’est le constat que nous faisons en déployant des pratiques collaboratives et agiles de management avec les solutions CESAR au sein de différents types de métier et de secteur.

La transformation digitale d’une entreprise se conduit comme un projet de conduite du changement (80% d’organisation et 20% de techniques digitales).

La digitalisation est un moyen et non un objectif qui va vous permettre d’accélérer votre avantage compétitif, votre positionnement stratégique et votre capacité à créer de la valeur dans un monde digital.

On constate que les projets de transformation digitale possèdent des statistiques similaires aux projets complexes

  • 1/3 en échec
  • 1/3 qui aboutissent dans la douleur (dérapage en budget et en délai)
  • 1/3 qui aboutissent dans le respect des exigences initiales

En synthèse, le programme de transformation digitale est un portefeuille de projets complexes où le management « humain » avec des bonnes pratiques sera la principale clé de succès.