3 clés pour mettre en place la méthode SCRUM

L’approche agile de développement des logiciels  s’articule sur un cycle de vie itératif et incrémental. Avec la plateforme CESAR, vous allez pouvoir disposer de :

  1. Une définition précise des rôles et responsabilités
  2. Des rituels pour un fonctionnement efficace et pertinent avec CESAR
  3. Un management visuel du développement

1/ Des rôles clairs

SCRUM est la plus utilisée des méthodes agiles. Elle partage les valeurs formalisées dans le manifeste agile :

  • Individus et interactions plutôt que processus et outils
  • Logiciel qui fonctionne plutôt qu’une documentation exhaustive
  • Collaboration  plutôt que négociation de contrat
  • Réponse au changement plutôt que le suivi d’un plan prédéfini

Capture d’écran 2018-03-04 à 11.52.43

La méthode SCRUM est pragmatique et réactive. Elle permet des prises de décision rapides avec des circuits courts afin d’ajuster les développements au besoin des utilisateurs finaux. Cette adaptation au fil de l’eau permet d’éviter les effets tunnels et les projets qui ne répondent pas aux besoins métier. Néanmoins, cette approche n’est pas applicable sur toutes les briques d’un système d’information. Nous recommandons une approche hybride par systèmes à développer. Par exemple, le décisionnel peut faire l’objet d’une approche classique avec cycle en V.

Nous recommandons de mettre en place une seule équipe projet qui pourra avoir des responsabilités sur le RUN et le BUILD. Dans ce cas, il est essentiel de bien fixer au départ les modalités de closing du projet. Une des difficultés majeurs et de réaliser des sprints à itérations multiples qui engendrent des délais plus longs que prévus.

2/ Des rituels

Capture d’écran 2018-03-04 à 11.54.53

  • Le backlog, représente la liste priorisée des fonctionnalités du produit à construire au regard de la création de valeur. Celle-ci peut être au niveau de l’utilisateur final ou d’un processus métier. Les éléments du backlog sont rédigés sous forme de User stories. Une User story est une description simple du cas d’usage ou d’une fonction par un utilisateur final. La user storie se focalise sur les objectifs métiers du logiciel développé et le design de l’IHM (Interface Homme Machine). Elle est accompagnée de critères d’acceptance pour la validation (plan de test, jeux de données, bac à sable, …).
  • Sprint planning : Au début de chaque Sprint a lieu le rituel de planification de l’itération (ou sprint planning). Il réunit l’équipe et le Product Owner pour déterminer l’objectif et le contenu de l’itération à venir. Pendant ce rituel l’estimation fine de la charge de développement de chaque user story est déterminée. Les User Stories font l’objet d’une estimation de charge exprimée en points de complexité. Il est important de noter que c’est l’équipe elle-même qui est seule en capacité de déterminer la complexité d’une user story.
  • Daily meeting : est une courte cérémonie (de l’ordre de 15 minutes) menée chaque jour avec les membres de l’équipe et le Product Owner. L’objectif est de partager l’information, le qui fait quoi,  les tâches de la journée et les difficultés.
  • Sprint : Au terme de chaque itération, le produit partiel est livré avec le niveau de qualité attendu pour son exploitation en production. Les User Stories mises en production (MEP) font l’objet d’une démonstration. Toutes les membres de l’équipe sont réunis. Ce rituel permet de garantir le caractère incrémental du développement (pour être démontré, le produit doit être utilisable) et de mesurer la réceptivité des utilisateurs .
  • Rétrospective : l’équipe se réunit au terme de chaque itération afin d’identifier points forts et points d’amélioration. La rétrospective  permet de mobiliser les acteurs sur l’amélioration continue.

 

3/ Un management visuel

 

Capture d’écran 2018-03-04 à 11.56.25